Kashgar

Publié le par CapAsia

Mercredi 12 -> Dimanche 16 avril : Le grand bazar de Kashgar

 

Nous avons besoin de repos après cette longue marche (cf. Osh-Kashgar). Arrives fatigues le mardi soir, nous decidons de nous poser quelques jours et attendre le bazar du dimanche, repute pour etre le plus grand d’Asie.

 

Nous sentons dans cette ville deux atmospheres : la folie chinoise se mele a la sagesse ouighoure. Deux communautes qui se definissent par deux places centrales : la place Mao ou trone une immense statue, bordee de larges avenues, de centres commerciaux et de galleries souterraines cotoie la mosquee Id Kah, ou Ouighoures se bousculent aux petites gargottes pour deguster plov et tetes de mouton bouillie.

 

Nous nous divertissons cette semaine a flaner dans la vieille ville le matin, a gouter chaque stand ouighoure et chinois le midi, nous surprenons meme un soir a nous divertir dans un cabaret aux numeros les plus delirants : applaudir un chinois fou s’eclater un tabouret en fer sur la tete fait aussi partie de la culture chinoise !

 

Leves trop tot, le bazar du dimanche tant attendu nous decoit legerement, attendant plus d’oeuphorie et d’animation dans les rues de la ville. Nous nous souviendrons tout de meme de cette traversee-éclair en pousse-pousse pour rejoindre le bazaar aux animaux.

 

Lundi 17 avril : vous avez dit 1000 charettes ?!?

 

Nous preferons le marche aux betes du lendemain, non loin de Xiebazar, a 15 km de Kashgar. Des familles entieres defilent sur leurs carioles pour aller vendre leurs marchandises. Allees aux coiffeurs cotoient cordonniers et vendeurs de samsas. Genial mélange de bruits et d’odeurs !

Nous plantons la tente dans un champs après une trentaine de killometres. Difficile de rester discrets : les jours rallongent et les gens travaillent plus tard le soir. Usman nous donnera finalement son accord.

 

Du Mardi 18 au Samedi 22 avril : boucle Kashgar-desert du Taklamakan-Yarkand –Yengisar et…kashgar, encore

 

La frontiere pakistanaise n’ouvre que le 1er mai. Pour patienter, nous decidons de marcher a l’oree du deuxieme desert le plus grand du monde : le Taklamakan. Mais refusant de s’attacher les services d’une Jeep et d’un guide, nous sommes loin de voir les caravanes de chameaux visibles sur les cartes postales. Tant pis, nous aurons bien joue dans les dunes de sable…

 

Nous ressortons du desert pour nous rendre a Yarkand. Nous ressentons avec joie la frenesie ouighoure autour de la “Mosquee doree”. Quel spectacle de voir ces hommes se presser pour la grande priere du Vendredi ! Nous prenons aussi un malin plaisir a se joindre a eux pour deguster ce qui sera peut etre notre dernier plov…

 

Yengisar, ville connue pour ses couteaux est sur la route. Pourquoi ne pas ramener un petit souvenir de Chine ? Seul veritable interet, nous n’y restons qu’une nuit. Assez pour y rencontrer Sabir, jeune prof de 22 ans qui nous offrira en plus un dernier lenghman.

Dernier plov, dernier lenghman,  nous sommes fin prets pour affronter la Karakorum Highway. Sauf si la police chinoise s’en mele…

 

Juste avant le croisement de la Karakoram Highway, alors que nous nous appretons a camper vers Akto, la police des etrangers nous tombe dessus. “Akto is forbidden to foreigners. Sorry, you must not sleep here”. Sans trop rien comprendre (nous apprendrons par la suite que l’eclatement de recentes emeutes entre chinois et ouighoures ont rendu la ville dangereuse), nous voila donc a 22h dans l’estafette. Retour a la case Kashgar, a l’endroit meme ou nous avions dormi la premiere nuit. Nuit payee par la police chinoise. Nous entretenons decidemment d’etranges relations avec les polices locales, dans tous les pays que nous avons traverses.

 

Mais arriverons-nous un jour a atteindre le ?!?

Publié dans Chine (Kashgar)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article