rencontres inoubliables

Publié le par CapAsia

 Lundi 17 octobre

Nous nous reveillons a 7h20, notre heure habituelle finalement. La mesaventure de la veille est oubliee. Nous devons nous mettre en jambes en direction de Niksic, ou nous sommes attendus le soir. Nous pourrons enfin mettre un visage sur cette personne qui nous a sauve deux fois la mise la veille.

Remi a mal au dos ce matin. Mais il sert les dents pour suivre le bon rythme imprime devant par Alexis. Apres pres de 30 km de marche parmi des paysages magnifiques et par temps tres agreable pour marcher (20*C environ), nous apercevons la ville, entouree de lacs et de montagnes. L'apercevoir est une chose, y rentrer une autre : les 3 derniers kilometres sont eprouvants au bord de cette ligne droite qui n'en finit pas...

Mais le moment tant attendu arrive enfin : poser son sac dans la chambre et s'entretenir quelques minutes avec notre "sauveuse". C'est la doyenne de l'universite de Niksic, amie d'un journaliste esperantiste de Belgrade, tres respectee dans la ville. Autour d'un bon plat servi a l'hotel, nous comprenons que nous serons ses hotes le temps de notre passage a Niksic.

Mardi 18 octobre

Quel accueil ! Tout le corps enseignant de la faculte de philosophie de Niksic se rend disponible pour nous, notamment Yasmina, qui parle tres bien notre langue. Elle est professeur de francais ici. nous prenons place dans la salle informatique, qui comporte...2 ordinateurs ! Les locaux de la fac sont bien differents des notres. Plus ancients, ils n'offrent pas tout le confort que l'on peut trouver en France.

Remi file ensuite a la banque, ou il se demene pour eviter les frais de change. C'est peine perdue, meme apres avoir visite 3 banques concurrentes.

Rapide courses dans un supermarche, qui merite le detour : les neons, faiblards, donnent une triste mine a ce lieu ou nous avons plutot l'habitude en France d'y voir lumieres blanches eclatantes et guirlandes promotionelles en tout genre.

A 14h, Milana nous attend a la reception de l'hotel pour une visite de la ville. Surprise, elle est accompagnee de deux journalistes et un photographe. Nous sommes sous les projecteurs pendant une bonne heure ! En fin de journee, nous visitons le monastere, orthodoxe, de Niksic. Nous profitons aussi de notre temps libre pour appeler nos familles, la premiere fois depuis 5 semaines !

Le soir, nous degustons des spaghettis bolognaises, les meilleures jamais mangees a ce jour. Les italiens n'ont qu'a bien se tenir ! Nous nous couchons assez tot, demain nous attend une nouvelle marche vers le monastere de Ostrog, repute dans toute l'ex-Yougoslavie pour les miracles accompli par le patriarche San Vassiliu

 

Mercredi 19 octobre

Nous levons le camp assez tard finalement. Nous avons consacre notre matinee a collecter des infos sur l'Albanie, notre prochain pays, qui souffre d'une mauvaise image en Europe pour les voyageurs.

A 14h, nous partons enfin. Nous sommes alors frappes de constater qu'apres seulement 30 minutes de marche depuis le centre de la ville, nous nous retrouvons en rase campagne. On se surprend meme a voir un wagon rouille dans un jardin prive. Comment a-t-il pu arriver la ! Les routes sont accidentees et le chariot souffre des nombreux nids de poules qui deforment la chaussee.

Le temps se gate, mais reste suffisant pour marcher en t-shirt. Apres 4h30 de marche, notre arrivee au monastere est remarquee. En effet, une dame vient a nous et agite une coupure de journal. Elle nous a reconnu grace a l'article paru dedans ce matin. Nous eclatons de rire en voyant nos tetes, la situation est tellement inhabituelle : imaginez un jour lire votre nom dans un journal montenegrin !

Nous dormons ce soir dans une salle annexe au monastere. Dedans y sont rangees des milliers de couvertures et d'oreillers qui servent l'ete a satisfaire les centaines de milliers de pelerins qui viennent se receuillir dans cet edifice. Impressionnant !

En cette saison, il y a moins de monde. dans la "chambre", seulement Vlada nous tiendra compagnie. Nous discutons en anglais quelaues temps avant qu'il ne se couche. Nous ne pouvons pas dormir sans avoir auparavant manger un peu : nous faisons rechauffer les fayots a la lueur des bougies.

 

 

 

Publié dans Serbie-Montenegro

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
Félicitations les mecs pour ce blog très bien fait et très bien écrit! C'est un vrai plaisir de vous lire. Je vois que vous en profitez déjà bien alors je ne vous souhaite que de continuer ainsi! Bonne route et à bientôt,

JP
Répondre