Magnifique Croatie !

Publié le par CapAsia

Samedi 8 octobre

 

Apres une marche de 26km, nous arrivons a Krk ville, sur l ile du meme nom. Apres 4 jours de marche et 135 km avales, nous avons decider d y prendre un jour de repos. Nous trouvons un logement chez l habitant, tout confort pour 30 euros les 2 nuits apres negociation. Demain, c est la fete nationale en Croatie. Nous nous attendions a une fete du village mais non, tout est ferme, sauf une pizzeria dans laquelle nous commandons une enorme pizza de 55cm de diametre pour trois fois rien. Il en restera meme pour demain.

 

Dimanche 9 octobre

 

Pour nous, la journee de repos, c est reveil a 8h, visite de la ville de jour, magnifique, et dejeuner en terrasse sous le soleil. Nous avons achete de la viande au supermarche du coin, cela faisait quelques jours que nous tournions aux boites de conserves. Sardines ou pate, pate ou sardines… Nous faisons aussi une lessive a la main que nous etendons sous le soleil qui cogne fort aujourd hui. Il y a beaucoup de francais dans la ville et, grace a l esperanto que nous pratiquons tous les deux, nous passons pour des locaux, c est assez drole.

 

Lundi 10 octobre

 

Ce matin nous quittons Krk a 8h15 et entamons une marche de 13,5km jusqu a Merag, le port de l ile. Nous y prendrons le bateau pour l ile de Rab ou nous continuerons notre route. En fait nous avons calcule qu il etait beaucoup plus interessant de prendre par les iles, les distances sont plus courtes que par le littoral, la marche moins dangereuse et l hebergement moins cher que dans les villes. En arrivant a Merag, nous sommes pris d un doute, nous ne voyons pas de bateau. Il est peut etre en mar mais le guichet de vente de billets est lui aussi ferme. La liaison n est ouverte que l ete, panique a bord, nous avons marche 150 km en 5 jours pour…rien. Il nous faut faire demi-tour et rejoindre le continent, ce que nous voulions a tout prix eviter. Pas une seconde nous n avons penser que la liaison aurait pu etre fermee. Nous n avons d autre choix que de prendre un bus pour Rijeka et longer l Adriatique jusqu au sud du pays. A Rijeka, nous prenons un bus pour Zadar apres etre monter en precipitation dans un train pour Zagreb , a l autre bout du pays. La prononciation etant presque la meme, nous etions en route pour la capitale croate. Heureusement, nous n avions pas de billets et nous descendimes au premier arret.

Le trajet en bus dure 5 heures et nous pouvons y dormir. Il est 3h30 du matin quand nous arrivons a Zadar, nous finissons notre nuit dans la gare routiere, allonges sur nos matelas, une main sur les sacs.

Avec Hito, un japonais rencontre dans la gare routiere nous trouvons un logement en plein centre de la ville. C est un peu cher, nous n y restons qu une nuit, le temps pour nous de visiter la ville, de donner quelques nouvelles par Internet et de programmer la suite de notre voyage.

 

Mardi 11 octobre

 

Le bus qui nous mene a Sibenik, a 70 km de Zadar, part a 9h00. Apres une visite du marche de la ville, nous partons pour les chutes de la Krka, a 17km de la ville, dans un Parc National. Nous avions vu quelques photos et imaginions un site beaucoup plus sauvage que ce que nous decouvrons comme de nombreux touristes, essentiellement francais et allemands. Certes les chutes karstiques font partie des plus belles d Europe mais les magasins de souvenirs denaturent le site. Nous decidons de repartir en direction de Sibenik apres 3 heures de ballade. Arrives a Sibenik, nous recuperons les bagages que nous avions laisses en consigne. D apres nos calculs, nous devrions payer 30 kunas, soit 4 euros mais la dame nous en reclame 50. Finalement, nous en payons 40 mais Remi se soulage dans les toilettes payantes dont elle a la garde pour pas un rond. Elle a beau reclamer ses 2.5 kn, il ne manquerait plus que l on paie pour pisser. Nous prenons une liaison pour Trogir, une cite vieille de 2000 ans, dans l ombre de Split don’t elle est pourtant de 300 ans son ainee ou nous voulons passer la nuit. Apres une recherche desesperante, nous finissons par denicher une chambre avec cuisine et salle de bain pour un prix derisoire.

 

Mercredi 12 octobre

 

Ce matin nous visitons la ville, sans doute la plus belle que nous ayons vu depuis notre depart d Angers . Padoue etait magnifique, Venise etait un musee a ciel ouvert mais Trogir possede un charme unique que nous n avions pas vu jusqu a present. Tres peu de touristes, une petite marina pleine de charme et surtout des remparts superbement conserves. Malgre la pluie qui tombe ce matin, des ruelles se degage une atmosphere feerique, comme si la ville n avait pas changee depuis le moyen age. Nous en profitons pour nous rendre au marche . Nous observons quelques differences au niveau vestimentaire, notamment chez les commercantes assez agees, tout de noir vetues.

Nous rejoignions Split en stop. La deuxieme ville du pays ne se situe qu a une vingtaine de kilometres, nous partons donc a pied. Nous sommes sur l axe le plus frequente du pays et la route est tres etroite. Les croates roulent tres vite et notre avancee est perilleuse, voire dangereuse. Quand deux camions se croisent a notre hauteur, ils nous frolent sans ralentir. L experience est effrayante. Nous ne pouvons pas prendre le risque insense de continuer plus longtemps. La route est humide, si nous glissons, l aventure est finie. Apres 6 km, nous sommes pris en stop par une jeune femme qui nous depose a l entrée de la vieille ville de Split , qui est en fait un gigantesque palais construit par l empereur romain Diocletien au IV eme siecle. Nous visitons la ville dans l apres-midi mais nous repartons le soir meme en direction de Makarska, a 60 km,  ou un esperantiste nous attend. La rencontre promet d etre interessante puisqu a 79 ans, Ivo continue d exercer une belle profession. Il est cultivateur et producteur d huile d olives.

Comme prevu, le bus arrive a 20h00. Nous nous rendons chez Ivo qui habite a deux pas de la gare routiere. A peine sommes nous arrives qu il s excuse de ne pouvoir nous heberger, qu il a mal compris, qu il est vieux et dur d oreille… Il est surtout tres mauvais comedien et en voyant sa femme, nous comprenons qui porte la culotte dans le foyer. Elle n a pas envie de nous recevoir pour la nuit, estimant qu en tant que francais nous n avons qu a dormir a l hotel, comme les autres. Ivo essaie tant bien que mal de nous etre agreable et nous trouve une chambre bon marche par telephone. Nous quittons les lieux rapidement.

 

 

Jeudi 13 octobre

 

Nous partons ce matin sans meme visiter la ville. Nous allons finir notre traversee de la Croatie a Dubrovnik et nous prendrons la direction de l ex-Yougoslavie. La Croatie est un magnifique pays mais nous en sommes las. Trop de touristes, trop peu de surprises, ce n est pas l aventure que nous sommes venus chercher. Nous n avons meme plus envie de marcher, oui, ce matin, le moral est plutot bas et nos esprits sont deja plus loin, en Bosnie. En arrivant a Dubrovnik, nous sommes, comme dans toutes les villes touristiques de la Croatie, assieges par les particuliers qui proposent des chambres, dans toutes les langues. Nous suivons une vieille femme qui boite lourdement. Sa maison est a 10 minutes mais elle doit prendre le bus, nous l attendrons sur place. La chambre qu elle nous propose est kitch a souhait mais plutot bien placee et vraiment pas chere. Apres avoir pris possession des lieux, nous sortons en direction de la vieille ville. Elle est majestueuse, dressee entre de solides remparts elle s avance sur la mer comme la proue d un navire. Son sol de marbre blanc reflete le beau soleil de le journee. Aurions-pu passer a cote d un tel spectacle. En fin d apres-midi, nous achetons deux fils de peche et deux hamecons pour tenter de pecher quelques poissons dans la marina. Nous n avons plus du tout d argent croate mais peut etre mangerons-nous du poisson ce soir. L eau du port est tres propre et on nous assure qu il n y a aucuns risques. Le resultat apres deux heures de peche a la ligne n est pas ridicule, 8 poissons, des sardines et des petites daurades qui feront une belle friture. Tous les chats de goutiere de la ville assistant au spectacle, attendant que dans un elan de generosite nous leur laissions quelques prises.

Publié dans Croatie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

tom 25/10/2005 11:35

c'était par les îles que j'avais été depuis Split jusqu'à Dubrovnik avec "l'équipée sauvage". je me rappelle de l'extraordinaire hospitalité des gens qui nous avaient hébergés trois nuits a Hvar, de la réticence des restaurants de Korcula a accueillir les routards, et aussi de la nuit terminée sur un banc en face de la gare de zagreb! c'est a dubrovnik qu' on avait fété mes 21 ans dans un café perché sur les remparts , indiqué par une pancarte mémorable:"cold drinks with the moust beautiful view". on en avait beaucoup ri sous l'effet euphorisant de cette ville somptueuse!