On the road again !

Publié le par CapAsia

Mercredi 5 octobre

l'objectif du jour est ambitieux : franchir deux frontieres aujourd'hui. c'est donc tot que nous nous levons les voiles de chez Danilo, vers 8h.

La frontiere slovene est a 8 km. Nous marchons d'un pas sur et motive. Nous arrivons a la douane. Petite montee d'adrenaline, c'est la premiere d'une longue serie. C'est sans encombre que nous passons la barriere. Les policiers font leur travail, pas un sourire, meme pas un tampon sur le passeport. nous tracons donc notre chemin.

La pluie est au rendez-vous. Nous enfilons coupe-vent et bachons le chariot. Une petit intemperie ne nous arretera pas pour marcher. Nous ne sommes pas gates mais ne nous decourageons pas. Nous sommes determines coute que coute a dormir en Croatie ce soir. Mettre un pied devant l'autre, c'est tout ce qu'il faut faire. Perdus dans nos pensees, le silence se fait. Nous nous relayons pour tirer "la mule" tous les 1 ou 2 km.

A midi, alors que nous voulions achetes du pain dans un petit village, nous faisons une rencontre extraordinaire : une femme vient a notre rencontre et nous invite a venir manger chez elle. Nous nous souviendrons longtemps de ces tagliatelles a la carbonara accompagnees d'un the au citron brulant !

Nous repartons gaves, prets a aborder un nouveau pays. Il n'y a en effet que 20 km a faire en Slovenie avant de se retrouver en Croatie. Le temps passe. Poser un pied devant l'autre, toujours. ca parait facile, mais quelques fois c'est dur, surtout quand un mal de dos vous prend subitement. C'est ce qui arriva a Remi 5 km avant la frontiere croate. Heureusement que l'un est toujours present pour tirer le chariot et avancer !

Ouf ! la frontiere n'est plus qu'a 300 metres. Le but est proche. Une nouvelle poussee d'adrenaline stimule l'organisme et nous aide a terminer cette marche. Nous nous presentons au douanier. Ces premiers mots ne sont pas "Bonjour" mais "how much money do you have?" . Charmant comme accueil, n'est-pas? Nous devons montrer pattes blanches et rester 20 bonnes minutes aupres de lui avant de pouvoir monter dans un bus qui nous menera qu premier hotel.

C'est notre premiere grosse etape de marche. Et ca se sent car nous sommes fatigues le soir. Les pieds aussi ont droit a leurs premieres ampoules...c'est prometteur pour la suite !

 

Jeudi 6 octobre

Nous quittons l'hotel vers 9 h avec l'intention de marcher encore aujourd'hui. Au moins 25 km, ca serait bien !

Nous en faisons une bonne dizaine le matin avant de nous arreter dans un petit village croate. Nous y achetons pommes et bananes a un camion de ravitaillement. Une dame nous offre un pain. quelle gentillesse ! Surtout que le pain est la base de nos repas.

Nous repartons apres un bon dejeuner. La pluie est menacante. Elle fait finalement son apparition en milieu d'apres-midi. mais curieusement, nous avons l'impression d'avancer plus vite ! Les maux de dos nous ralentissent toutefois, nous imposant des arrets tous les 3 km environ. La route n'est pas ideale pour marcher. Les paysages sont embrumes. Mais parfois, sans raison, nous sommes epris d'un sentiment de plenitude, de liberte, qui nous aide a avancer a un bon rythme toutefois.

Il est 17h passe. Nous devons finir en stop notre etape pour ne pas nous faire pieger par la nuit. Au bout de 30 minutes, ca marche enfin. Nous atterrissons alors dans un village et allons tester pour la premiere fois les chambres d'hotes croates, nombreuses le long des routes dans ce pays.

La maison que nous avons choisie est grande. Y vivent grands-parents, parents et petits-enfants. C'est courant en Croatie. La pettie fille parle anglais. Les autres non mais nous comprenons quelques mots : bonsoir ="dobre veccer", merci="hvala". Ils sont tres aimables et nous autorisent a faire cuire des pates dans leur cuisine. le grand-pere nous offre meme le digestif!

 

Vendredi 7 octobre :

Apres un rapide petit dejeuner, nous partons de VOZILLICI avec comme intention de prendre un ferry qui nous emmenera sur l'ile de CRES. Les jambes sont legeres aujourd'hui. Nous montons sans trop de difficultes les pentes a 5-6 ÷. Nous longeons la cote croate et avons une vue plongeante sur la mer Adriatique. Il fait gris mais les paysages sont magnifiques. Ils doivent l'etre encore plus par beau temps.

A 2 km du port, alors que nous prenons une pose, une voiture nous depasse et s'arrete. Coup de chance, c'est un jeune francais en vacances en Croatie. Pascal nous propose de nous alleger d'un sac. Nous acceptons. Nous partagerons une ratatouille ensemble ce midi. La traversee se fait sans souci. 10 minutes seulement. Le probleme vient ensuite : le port de l'autre cote est minuscule est nous devons parcourir 25 km de plus pour trouver ou dormir. En plus des 13 de ce matin, ca ferait 38! Pas le choix il faut y aller !

Sur le chemin, une personne nous propose de nous prendre. Nous refusons : nous tenons a franchir notre 100e km en 3 jours a pied!

Il est 18h, la nuit tombe. Il faut sortir la lampe frontale pour se signaler aux voitures en sens inverse. Nous sommes fatigues, les pieds hurlent mais il ne reste plus que 5 km a parcourir. Courage! mais qu'ils sont longs ces kilometres! Nous voyons deja pourtant les lumieres de la ville. Mais n'ont pas l'air de se rapprocher au fur et a mesure qu'on avance! Remi commence a s'enerver, la fatigue sans doute.

dans la ville, nous ne cherchons pas a aller plus loin que la premiere chambre d'hotes: Nous sommes lessives par cette etape de 38 km et nous ecroulons sur nos lits. Un repos demain ne serait pas de refus apres ces 120 bornes en 3 jours.

Publié dans Croatie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

tom 25/10/2005 11:12

c est a croire que le digestif du papi, c est de la potion magique. essayez de m'en ramener et peut etre qu avec ca dans le camelbak, je pourrai faire 100 km en VTT d'un seul coup!